14-18, LES FRANGINS DE LA FRIPE de Monique Font-Didion
Saison 2001-2002 / Saison 2008-2009

- Résumé de la pièce :

Un vieux clochard dit « l’ami Pierrot 14-18 » est hanté par la guerre ! Il erre sous les ponts avec Lulu. Tréval, un célèbre comédien, croise un soir par hasard le clodo. Fasciné par la folie visionnaire de l’individu, il entre dans son univers en se faisant passer pour le diable ! Le monde bascule… Une fraternité inattendue les porte vers les portes de la gloire !

 

- Note d’intention de l’auteur et metteur en scène :

« Pendant tout le spectacle le décor est toujours identique.

Bord de Seine, un banc, quelques cageots, sacs en plastique, bouteilles vides, vieux journaux ! Univers et champ de bataille de Pierrot. Un caddie servant de refuge face à l’ennemi, sac à Pandore où dorment ses rêves : drapeau, vieux fusil. C’est sa mitraille…

Le déplacement du comédien est la conséquence de sa vie charnelle réfléchie par les sentiments qui l’animent.

La mutation successive des personnages confronte la réalité avec les rêves de Pierrot, allant de la violence physique à une étreinte fraternelle imprévisible. La folie visionnaire du poilu culbute le présent dans la dimension d’un champ de bataille où les hommes meurent abandonnés à l’Histoire !

Belzébuth, lui, est le porte drapeau de la lucidité acerbe, témoignage occulte sur l’horreur des carnages. Le rêve de gloire des guerriers ne finira-t-il qu’avec l’extinction de la race ?

Le verbe est rude comme est rude l’absurdité de la guerre et l’abandon de l’homme par l’homme. » Monique Font-Didion